Maintenir les missions de proximité de la Banque de France en Dordogne

Le sénateur s'oppose au plan de restructuration proposé par le gouverneur de la Banque de France. Il demande au gouvernement d'intervenir à travers une question écrite.



Maintenir les missions de proximité de la Banque de France en Dordogne
Monsieur Claude Bérit-Débat attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’économie sur le projet de réorganisation de la Banque de France émis par le gouverneur le 7 décembre 2011.
Celui-ci prévoit la suppression de 2 500 postes sur l’ensemble du territoire national et concerne directement les départements ruraux comme celui de la Dordogne.

Ainsi, une dizaine de postes serait supprimée au sein de la succursale de la Banque de France sur la ville de Périgueux.

Les inquiétudes portent notamment sur une restriction des activités liée au traitement des dossiers de surendettement.

Or, leur nombre s’est malheureusement renforcé du fait de la crise économique que nous traversons. De plus, cela concerne un public fragile qui a le plus besoin d’interlocuteurs de proximité.
Ce besoin de proximité des services de la banque de France a, par ailleurs, été mis en évidence par un projet intersyndical intitulé « Pour une banque de France à l’horizon 2020 ». Proposant une alternative au plan du gouverneur, celui-ci repose en effet sur deux axes : une banque de France plus présente auprès de tous les acteurs sociaux et économiques dans l’exercice de chacune de ses missions et une présence de l’institution renforcée sur tout le territoire au plus près des citoyens.

Monsieur le sénateur demande donc à Monsieur le Ministre d’intervenir afin que la banque de France ne renonce pas à son implantation locale, en particulier sur les départements ruraux comme la Dordogne.
Jeudi 27 Septembre 2012